Philosophie

Tobby Nathan : la nouvelle interprétation des rêves.

utilisateur | 02 mai, 2019 10:54

Les dynamiques de l'interprétation des rêves. (Tobby Nathan)

" Une femme se présenta devant Rabbi Eliezer et lui dit : "Rabbi, j'ai vue dans un rêve que le linteau de la maison se brisait." Rabbi lui répondit de rentrer tranquillement chez elle et il conclut la consultation en lui annonçant "tu enfanteras d"un fils." Ce qui se réalisa. Quelques années plus tard, la même femme revint voir Rabbi Eliezer et lui dit à nouveau qu'elle avait vu se briser le linteau de sa maison. Il lui répondit qu'elle enfanterait d'un fils. Ce qui se réalisa encore. Elle revint une troisième fois, mais Rabbi Eliezer était absent. Elle demanda à ses élèves où se trouvait leur maître. "Que veux-tu?" lui demanda le disciple le plus avancé. "Serais-tu aussi savant que ton maître pour interpréter le rêve de ma nuit ?" Et les élèves de Rabbi Eliezers'exclamèrent d'une seule voix : "Expose-nous ton rêve et nous te donnerons la signification." Elle leur dit qu'elle aviat vu le linteau de sa maison se briser. Le disciple dit alors à la femme : "Malheureuse, ton mari va mourir." Et c'est ce qui se réalisa. Quand Rabbi Eliezer revint, il demanda à ses élèves pourquoi cette femme pleurait devant sa prte. Ils lui racontèrent ce qui c'était passé en son absence. Et Rabbi Eliezer de s'écrier : "Malheureux ! Voyez ce que vous avez fait ! N'est-il pas écrit "comme il avait prédit, cela se réalisa"? (Genèse, 41, : 13). Voilà que vous avez tué une âme" (récit rapporté dans le Midrash Rabba, Genèse 89 :8)."

 

L'interprétation des rêves est primordiale, sembe prédictive mais s'avère à tout le moins ambiguë et dangereuse.

Alegria.

utilisateur | 02 mai, 2019 10:10

Les rêves normaux, ceux que tout le monde fait, tu sais (j'inclus les cauchemars). On rêve à des choses qui se sont passées, qui se seraient passées si l'on avait pris un autre chemin, qui vont se passer peut-être. Quand on est dedans, on ne se rend pas compte que c'est un rêve. Pour nous, à ce moment là, toutes ces choses loufoques qu'il peut y avoir dans nos songes sont bien réelles et normales. Alors que quand on se réveille, on se dit «Oh my god, it was so weird.»

Par exemple, si dans notre rêve, on nageait tel un poisson parmi les autres poissons, et qu'on se faufilait dans des endroits très étroits (true story), au levé du lit, on se rend compte à quel point c'était étrange. Aussi, moi, dans mes rêves, je peux respirer sous l'eau. Et je n'essaie pas dans la vraie vie, parce que je sais que je me ferais plus de mal qu'autre chose.

 

J'pense aussi qu'on rêve à des univers parallèles, ou nous, notre personne, vivons différemment. Un peu comme dans le film Cube², plutôt dégeu d'ailleurs, où ils ouvrent une porte, et se voient eux-même, ensanglantés, barbares, carbonisés... Qu'est-ce qu'un univers parallèle, d'ailleurs ? Selon moi, c'est un endroit, où sont les gens qui ont pris un autre chemin. Par exemple. Je me trouve devant deux chemin. Je dois prendre le droit, je prend le droit. Et donc, le chemin que je n'ai pas pris, le gauche, sera pris par un autre moi, qui se trouvera alors dans un univers parallèle. Il y en a une infinité, une infinité, vraiment, vraiment beaucoup. Plein de mondes parallèles qui se chevauchent en un lieu.

Je pense que ce lieu, on y accède quand on s'endort. On se «connecte». Peut-être même vivons nous juste un moment la vie d'un autre nous, le temps d'une nuit.

 

Le rêve permet aussi d'échapper à la réalité, plutôt dure, je crois. Quand on rêve à de formidables aventures où on est genre des chevaliers ou qu'on a le pouvoir de voler, quand on se réveille, on a qu'une envie, c'est de se rendormir pour continuer.

 

Aussi, quels sont les avantages et inconvénients de la rêverie ?

-Le grand avantage, je dirais, c'est de se libérer un peu du poids de l'impossible (genre voler, ou avoir des pouvoirs magiques). Pouvoir rêver, je trouve que c'est une chance inouïe.

-L'inconvénient, c'est de ne plus pouvoir en sortir. Ne plus rien vouloir faire, juste rester coucher à rêver, à fumer je sais pas quoi quand on arrive plus à dormir, et du coup laisser passer les éventuelles occasions qui nous passent sous le nez, et devenir un gros légume inutile et lâche, qui se soustrait et qui se soumet à la facilité.

 

Léa B. , Seconde 7.

Le rêve, la réalité : Deux mots. Vous aussi, ça vous ennuie d'y réfléchir ?

utilisateur | 02 mai, 2019 10:09

Moi, Izac, 22ans, je fais des études inutiles qui m'obligent à avoir des cours de philosophie. Je suis quelqu'un qui s'emporte facilement, et qui ne croit pas à tout ce qui touche à autre chose qu'au réel. Il faut que je vois pour croire. Et puis, l'imagination ne sert à rien. Ce ne sont que mensonges se cachant derrière les choses que l'on ne peut atteindre, ou bien des cauchemars qui nous hantent !Fourbe !Elle crée juste des fous. Des psychopathes sans doute. Les voix que certaines personnes disent entendre. Les hallucinations de Jeanne d’Arc qui lui ont coûté la vie. Vraiment idiot. Personnellement, je suis très terre à terre. Pourquoi devrais-je me soumettre à une chose si futile ? Ça ne sert à rien.

 

Les cours... Quelle chose barbante ! Il n'y a rien à faire. Jamais. Que de blabla et d'inutilités. De plus, aujourd'hui il y a un contrôle. De la philosophie... Je déteste ça. Je me demande bien pourquoi je l'ai pris. Ça ne me servira jamais. Contrôle : Quelle est la limite du réel et de l'irréel ? Mais qu'est-ce que cela pourrait bien apporter aux professeurs ? Sont-ils des extra-terrestres à toujours vouloir savoir ce que nous avons dans nos têtes ? Moi aussi je peux en poser des question bêtes ! Pourquoi on meurt ? Pourquoi j'ai deux jambes et non quatre ? Pourquoi je sais parler ? Haha ! Vas-y toi, réponds, Monsieur le Professeur ! Vrai, je ne crois pas à tout ce qui ne sort pas de la pure science, qui nous dicte la réalité ou non. Mais c'est parfois à se poser des questions. Je m'ennuie...

Ma main sous ma tête, histoire de la tenir et de faire comme si je réfléchissais. Fermer... Les... Yeux... Je me sens étrange... J'ai mon devoir à finir, mais cette sensation « m'aspire »... Tout est flou. Étrange, difforme... J'ai envie d'aller vers elle, mais je dois faire mon devoir. Quoique... je n'ai rien à faire, rien à écrire, alors un petit somme n'est pas grave.

 

Tunnel... voilà ce que je vois... Non. C'est un long couloir. Je vois les murs, je peux les toucher. Qu'est-ce cette sensation ? Vrai ? Faux ? Je ne sais pas. C'est très perturbant. Agaçant même. Troublant. Énervant. Impossible. Je ne peux y croire. Colère, rage, démentiel, impossible ! Des portes ! Partout ! Mais que sont-elles ? Pourquoi ? Bien. Je vais choisir l'une de ses mille-et-une portes ressemblant à des pantins qui s'ouvrent et se ferment. Naïf comme je suis, je prends une porte qui me semble agréable. Satan ! Je me retrouve emprisonné dans un monde, comme une espèce de seconde réalité. Je suis pris au piège !

 

Prisonnier. Aux secours ! C'est obscur, inquiétant ! Il y a des monstres partout. Sans doute les plus impitoyables du monde. Sans doute les plus dangereux aussi. Ils sont horribles. Des membres partout, des couleurs abominables ! Hideux ! Ils bavent ! Et ils sont gluants ! Leurs armes me paraissent très dangereuses ! Des crocs et des yeux scrutateurs ! Sans oublier les griffes aiguisées comme des lames de rasoirs ! Immonde ! Le noir renforce l'impression de peur. Ils me suivent ! Ils se ruent sur moi ! Ils veulent me tuer ? Ils n'y arriveront pas ! Ils ne m'auront pas ! C'est vrai que je ne suis invincible ! Oh que non ! Loin de là ! Mais ce n'est pas la peine de rester sur place inutilement ! Je ne vais pas perdre mon temps alors que tout disparaîtra et que j'ai mon contrôle à faire ! Où est la porte ? Je veux partir ! Quelle est cette abominable imagination qui me montre ces choses ?! Mes jambes avancent, pourquoi ?! Je ne veux pas ! Quel honte, ce corps ose agir à mon insue sans même obéir à son premier ordre ! Tout ça à cause d'un stupide réflexe d'humain...


Enfin, de nouveau ce fameux couloir... J'ai honte, je me sans rassuré. Bon, cette fois je ne prends pas une porte qui me semble « gentille ». Je choisi à l'aveuglette. Celle-ci est ouverte. On dirait qu'elle m'appelle. Ne pas voir de noir me rassure, je ne verrais plus ces abominables monstres ! A la place de l'obscurité, il y a une lumière aveuglante !

 

Je fais quoi là ? Je rentre, je pars ? Bon. J'entre !

 

Ouaaa ! Des licornes ! Trop fort... Et elles broutent ! Ha ! Comme une vache ! Un bruit en haut... Une nuée d'étranges oiseaux. Peut-être des hirondelles-dragons ? Où elles vont ? Vers le soleil ? Mais, il est rouge... Alalaa... C'est beau l'imagination hein ! Et puis quoi encore ? Tout va muter ? Devenir épouvante ?.... Ouais, c'est ça, trouillards ! Vous allez pas le faire, hein ? La belle herbe rose... Hein ?! Rose !? Pas possible... Je nage en plein délire ! Le soleil rouge, pourquoi pas, mais ça... ! Et pourquoi je n'ai plus mes chaussures ? Bizarre... je sens que c'est mouillé. Il pleut aussi ici ? En tout cas, c'est beau ce lieu. Il se passe quelque chose. Oui, mais quoi ? Non ! Je rétrécie ? Horreur.... Je vais être aussi petit qu'une four... Oh, mince. Effrayant, en voilà une énorme, devant moi ! C'est peut-être mon environnement qui a grandi... Olala, mais qu'est-ce que je pense moi ? N'importe quoi ! Dire qu'il y a 5 secondes je ne croyais pas à l'imaginaire, et je trouvais ça inutile. Au final, c'est amusant. Tout de même troublant ! Allez, encore quelque chose d'impossible ! Un énorme énorme serpent... Et ailé ! Ces yeux vicieux m'espionnent... aïe, qu'est-ce que tu veux ? Bon, je ne vais pas trop bouger, au cas ou. Attends, je suis en train de me prendre à ce rêve ? Comment un simple rêve, des plus loufoques qui soient, peut-il me faire changer d'avis si facilement ? Tout ça est dénué de sens ! Si ça se trouve, c'est ici la vrai réalité, et mon monde est irréel ? Que d'imagination ! Y'a pas quelqu'un pour affirmer une de mes idées ? Non ? Personne ? Bon, je vais le faire seul. Je bouge une fois à droite ? A gauche ? A droite ? Olléé ! Bon, la bestiole ne bouge pas, mais me fixe toujours avec ce regard effrayant et rouge sang. Va-t-elle me manger ? Ma gober comme une vulgaire souris ? (la pauvre) Suis-je son repas ? En tout cas, pour le moment, elle me laisse imaginer plein de choses, à ne pas bouger. Bon, doucement, en marche arrière, on va s'é-loi-gner. Enfin, c'est ce que je croyais... Elle me rattrape... Aïe, ça sent le roussit, j'aperçois de larges crocs qui dépassent de sa bouche chimérique. C'est de plus en plus net. Non, maintenant, c'est noir. Je ne bouge pas. Que pourrais-je faire ? C'est mon destin : être mangé, aspiré par ce rêve ! Du début jusqu'à la fin ! Je n'ai pas peur cette fois. Je le sens. Je vais me réveiller et retourner à mon « vrai moi ».

 

Rentrer. Seule cette envie me hante. Une idée intense de mon côté terre à terre apparaît dans ma tête, malgré le fait que je sois sans doute dans un rêve. Rien d'autre ne pouvait expliquer ces étranges choses. Ce qui venait de m'arriver. Je tombe le long d'un profond gouffre, sans fin ! Heureusement, ma main maladroite sur laquelle j'étais appuyé est là pour me sauver. Elle m'évite de me cogner sauvagement contre le bureau de la salle 211.

 

D'une certaine façon, ma vision des choses a changé. J'y crois. Non... J’émets la possibilité que cet imaginaire existe. Ce monde plus différent du notre qu'une pomme et un kiwi sont identiques. C'est beau. Je n'aime pourtant pas la beauté. Ni la joie, d'ailleurs. Mais l'étrange fait peur, et c'est en même temps si merveilleux... Une part d'horreur me rassure, il faut croire. En tout cas, je peux répondre à mon devoir.

 

Feuille, stylo, effaceur, me voilà fin prêt. Voyons... Comment rédiger... ?

 

 

Izac

Devoir de Philosophie

 

Sujet : Quelle est la limite du réel et de l'irréel ?

 

La limite ? Réel, irréel. Au final, n'est-ce pas pareil ? L'imagination, donc l'irréel, est au final partout dans notre monde. Mais commençons déjà par quelques définitions utiles :

  • Esprit : Plusieurs issues de sortie, rêve ou cauchemar, des portes. Un long couloir invisible.

  • Le rêve : Assemblages d'idées réelles se transformant en une vision irréelle du monde qui nous entoure. Le rêve est une réalité sans fin. Une réalité changée, bouleversée. Le rêve est le labyrinthe de l'esprit : un gouffre, un puissant fond où tout est possible. Il y a toujours une part de réalité dans le rêve. C'est un renouvellement sans fin.

  • La réalité : Elle n'est qu'un rêve qui dure toute la vie et qui s'arrête lors de la mort. La réalité n'est qu'un rêve, ou alors un cauchemar dans lequel chaque geste à son importance et chaque choix compte. La réalité est un rêve avec une fin malheureuse. Elle est ce qui compose le rêve et le fait grandir, évoluer, lui donner un aspect réel.

  • Le sommeil : C'est le désir de l'esprit.

 

Ici on en dit pas mal, bien qu'il n'y ait pas mon avis... Bon. Il y a peu, j'ai eu une étrange aventure. C'était vraiment Extraordinaire ! Le mal et le bien. L'imaginaire, la fantaisie. Des sensations que dans « la vie de tous les jours » nous n'avons pas.

Comment discerner le rêve de la réalité ? Je ne peux la discerner sans preuve concrète. Le rêve peut-être une réalité autant que la réalité peut-être qu'illusion futile donnée à l'esprit. Cette question a une réponse : il faut se laisser vivre et apprécier le rêve qu'est la réalité sans se soucier du mensonge qu'elle peut-être. En revanche, aucune personne sur cette planète ne peut-être encore capable de prouver que nous vivons dans la réalité. Peut-être ne sommes-nous que mensonge nous aussi... Nous faisons alors partie d'un rêve, du rêve éternel de quelqu'un.Par exemple, pour savoir de quel côté nous nous trouvons, il y a un test faisable, très basique. Par exemple, avoir une toupie sur soi. Il suffit de faire tourner celle-ci. Si elle s'arrête, le monde présent sera la « réalité », au contraire, si elle continue éternellement, nous serons dans le rêve. C'est une possibilité comme une autre, ça peut être l'inverse selon les personnes, si ça se trouve ?

 

La seule limite entre ces deux univers est le fait d'y penser. La preuve : il m'a suffi d'y penser, de chercher -pas spécialement- une réponse à ce sujet, et une réponse m'est venue, sans rien que je ne fasse... Du moins, il me semble. Le rêve serait alors l'esprit, le corps penseur de notre corps anatomique.

 

La réalité, là où nous nous trouvons la moitié de notre vie. L'autre moitié se passe dans le monde du rêve, lors de notre sommeil... Ou éveil. Il se peut que, lorsque l'on s'endort dans la « vraie » vie, nous nous réveillons dans un monde parallèle, ou l'inverse. On peut donc dire que la réalité serait le sommeil de cet autre monde.

Le rêve, notre esprit, servirait les fantasmes, nos envies. On peut le voir aussi comme l'occupation des philosophes, qui n'occupe pas une grande place chez les gens banals. L'homme a mis un mot dessus pour l'expliquer, sans chercher sa complexité. Parfois, les rêves nous servent de prémonition, de réponse à nos questions du jour. Quand nous pensons dormir, nous réfléchissons beaucoup sur ce qui s'est passé le jour même. Les deux états sont donc liés.

 

Morpheus ? Et sunt qui credere possunt esse deos...

 

 

L. Gaëlle & C. Marie 2de12

Le souvenir des rêves

utilisateur | 02 mai, 2019 10:07

Le souvenir des rêves

 

Le sommeil paradoxal est une phase d'activité forte du cerveau, avec des mouvements rapides des yeux du dormeur. C'est au cours de cette phase que surviennent rêves et cauchemars.

Nous possédons tous un sommeil paradoxal, même ceux qui ont oublié leurs rêves au réveil.



Nos rêves, pour la partie dont nous gardons conscience, sont un curieux mélange de faits réellement vécus, de situations imaginaires et d'émotions fortes. Le rêve est encore peu connu, mais sa fonction principale est de réorganiser les souvenirs que nous avons accumulés dans la journée. Il peut aussi évoquer des malaises que l'on a dans la vie, tout comme nos bonheurs quotidiens, ils sont l'expression la plus claire de ce que nous sommes.
Le rêve est nécessaire à la vie, sans rêve nous mourons. Nous avons besoin de rêver afin que notre cerveau effectue sa "maintenance quotidienne".


Les femmes rêvent plus que les hommes et se souviennent plus facilement de leurs rêves.
Si on réveille une femme en phase de sommeil paradoxal ( S.P.) 95% en donnent un récit cohérent contre 80% pour les hommes.
De plus les rêves des femmes sont deux fois plus longs que ceux des hommes. Il est à noter que le contenu en est généralement plus désagréable.(cauchemars, anxiété...)

Les bébés ne rêvent pas.
Les nouveau-nés consacrent la moitié de leur sommeil à enregistrer et à inscrire dans leur cerveau l'ensemble des nouveautés de la journée.
C'est ce qui explique les différentes mimiques faciales (sourires..) de leur sommeil.
Les rêves dont nous nous souvenons ne sont pas toujours ceux dans lesquels nous nous sommes fortement impliqués émotionnellement.
Ce n'est pas le contenu du rêve qui est important pour s'en souvenir mais plutôt le moment du réveil dans le cycle de sommeil.

Pour ma part se souvenir de mes rêves est une tâche ardue, seulement des bribes me reviennent et de plus en plus en fonction que je m'exerce à cela. Mes rêves se basent sur des faits vécus et puis se détournent dans l'imaginaire. Et je pense que les rêves doivent avoir une signification.

Et vous ?

By Maxime L. & Mathieu B.

Alice au Pays des Merveilles: Le rêve fantastique..

utilisateur | 02 mai, 2019 10:07

Alice au Pays des merveilles (Tim Burton d'après le roman de Lewis Caroll)

Ce film me fait penser à cet aspect du rêve fantastique.

Résumé du film:

Tout le monde connaît l'histoire de la jeune Alice, qui se rend au Pays des merveilles et y rencontre de nombreuses créatures loufoques. Mais maintenant Alice a grandi et est maintenant une jeune femme prête à marier. Mais le jour où un Lord lui demande sa main, elle s'enfuie au Pays des Merveilles en suivant le Lapin Blanc de ses rêves. Mais elle ne se souvient de rien, et pense que tout cela n'est qu'un rêve et qu'il suffit de se pincer le bras pour se réveiller et sortir de ce rêve étrange, mais après s'être pincé le bras, rien à faire, elle ne se réveille pas. Il lui faudra vivre de nombreuses aventures pour se souvenir de ses amis, le Chapelier le fou, le lièvre de Mars, le chat de Cheshire... et ce "rêve" va lui faire comprendre et va lui faire prendre des décisions importantes pour son avenir...

altCritique:

J'ai bien aimé ce film, car j'aime beaucoup les films de Tim Burton, mais aussi cette ambiance entre rêve et réalité, et à la fin on peut toujours se demander si le Pays des Merveilles et ses étranges créatures existent vraiment. Elles existent dans nos rêves mais, Alice a-t-elle seulement rêver du Pays des Merveilles ou y est-elle vraiment allée? C'est une question à laquelle je ne pourrais pas répondre même après avoir vu le film de nombreuses fois.

 

Pauline F. 2nde7

 

Qu'est-ce que le rêve ?

utilisateur | 02 mai, 2019 10:07

Par définition, le rêve est un ensemble de phénomènes que l'on éprouve lors du sommeil : C'est notre inconscient qui se manifeste. Lorsque l'on dort, on ne contrôle plus vraiment notre corps, mais notre cerveau reste actif, donnant vie à des images semblables à des sortes de « films » qui nous apparaissent réels ; et pourtant au réveil, il n'est pas rare et même très probable que l'on ne se souvienne plus vraiment de ce dont nous avons rêvé la veille. Cela signifie que nos rêves ne sont pas totalement inconscients puisque nous nous en rappelons quelques petits détails parmi un gros flou.

Quand nous plongeons dans le rêve, c'est comme si nous entrions dans un univers semblable au notre lorsque nous sommes conscients, seulement il s'y passe des choses assez improbables, loufoques, complètement dingues. Par exemple on peut se balader sous l'océan sans avoir besoin de respirer, ce qui est totalement impossible, mais l'on ne s'en rend compte qu'au réveil, car lorsque l'on rêve tout nous semble normal : Il 'y a pas de censure.

Le réveil est un moment assez perplexe, on a la tête dans le brouillard, les idées pas bien en place, et beaucoup de mal à distinguer la réalité et le rêve. C'est généralement à ce stade qu'on en vient souvent à se demander « Etait-ce vraiment un rêve ? ». Oui, notre inconscient nous joue des tours et il est, à mon avis, impossible de le maîtriser.

Parfois, on retrouve dans nos rêves des morceaux de nos souvenirs lointains ou proches, des petits détails mélangés à des histoires improbables et floues. Avec notre imagination, ce sont les matières principales nécessaires à la fabrication des rêves.

Enfin, on peut chercher à interpréter ce rêves grâce à ce dont nous nous souvenons. Néanmoins ce monde est tellement abstrait et vaste qu'il est difficile de l'interpréter concrètement et objectivement. Nos rêves peuvent signifier tout et rien mais ils nous appartiennent c'est donc nous et seulement nous qui pourront trouver au fond de nous même les réponses à nos questions.

Valentine B. et Céline A. 2nde7

Vivre nos rêves

utilisateur | 02 mai, 2019 10:06

On dit souvent de ne pas rêver de notre vie mais de vivre notre rêve. On crée notre vie, le monde qui nous entoure et les choix que l'ont fait en fonction de ce dont on rêve d'être et de vivre. Se berce-t-on d’illusions quand nous essayons de réaliser notre rêve ? Je pense que oui, car comment voulez-vous faire faire à quelqu'un quelque chose que vous aviez rêvé sachant que lui ne l'a pas rêvé et prendra sûrement un choix différent ? Il est possible d'y arriver si cette personne n'est pas maître d'elle même. Ce ci est une projection de soi-même. Malgré tout il est possible de manipuler une personne si elle est naïve.

Maintenant si vous rêvez d'être acteur, chanteur, mannequin ou autre chose... vous vous donnerez à tout prix les moyens de réussir. Vous n'y arriverez peut être pas, car la réalité vous rattrapera, il se peut qu'il y ait meilleur que vous, mais si vous voulez vraiment vivre votre rêve alors vous vous donnerez les moyens d'être le meilleur si c'est vraiment ce que vous voulez. Tout est question de motivation, de persuasion, être persuadé que l'on peut vivre notre rêve.

 

M. et M. 2nd11

le monde parallère du rêve

utilisateur | 02 mai, 2019 10:06

Rêver, c'est partir dans un autre monde à la découverte de soi. Nos muscles se détendent, on a la légère impression de tomber, et on arrive dans notre réalité parallèle. Chaque monde parallèle est unique à chaque personne, il se crée selon le vécu et l'inconscient de chacun. On y trouve des éléments de notre vie, parfois modifiés, déformés. Les rêves reflètent notre inconscient, ils peuvent nous aider à mieux nous comprendre nous-même si on les interprètes. « Rêver c'est toujours recevoir une interprétation ». Interpréter nos rêves peut nous aider à avancer dans la vie. Comprendre pourquoi on fait toujours le même rêve ou pourquoi un élément reviens sans arrêt. Nos rêves peuvent être bons comme mauvais, on peux rêver de quelque chose d'agréable comme on peut faire un cauchemar. « En dernier ressort, aucun rêve ne peut être interprété par le rêveur lui-même », cette phrase n'est ni fausse ni vraie. Celui qui sais le mieux ce qu'il a ressenti et vu durant son rêve est le rêveur, et seul lui connaît assez bien sa vie pour les éléments pour l'interprétation. Seulement, le rêveur ne peut comprendre qu'une partie de ses rêves, et il a souvent besoin de quelqu'un d'autre pour l'aider a comprendre ses rêves.

B. Nelly 2s2

Les différentes formes des rêves à travers Matrix

utilisateur | 02 mai, 2019 10:05

Nous rêvons à partir d’évènements vécus dans notre vie réelle. Nos rêves ne sont pas contrôlés et peuvent être compréhensibles si l’on arrive à lier ce dont nous avons rêvé à l’expérience vécue. Par exemple, lorsqu’il nous arrive de faire des cauchemars après avoir vu un film d’horreur qui nous a marqué, on peut supposer que nous nous sommes identifiés au personnage principal au cours de notre rêve, ou bien lorsque l’on fait un rêve agréable après avoir vu un film dont le héros mène la vie dont nous rêvons. Au contraire, dans Matrix, le rêve est montré comme une fiction, un univers programmé dans lequel on peut pénétrer mais ce dans le but de modifier le futur, plus précisément d’empêcher les machines de détruire la ville dans le film. Donc, contrairement au rêve que nous connaissons tous, la forme de rêves que l’on peut observer dans Matrix met en scène un espace créé à partir du monde réel mais cependant contrôlé dans le but de modifier la réalité ; en effet, Néo a pour but dans le film de défendre sa ville des machines en combattant les agents à l’intérieur de la Matrice. Ces agents sont comparables à des virus dans un monde informatique : la Matrice ; et ils ont pour but de trouver un moyen qui permettrait aux machines de pénétrer dans la ville. On peut aussi distinguer de ces deux formes de rêves, le rêve qui correspond à un but, un idéal que l’on a pour but d’atteindre dans sa vie. Néo, lui, a pour but de protéger les hommes. On suit son parcourt à travers le film : il débute son aventure et se fait battre par les agents de la Matrice, puis parvient à se défendre de mieux en mieux jusqu'à réussir à contrôler la Matrice et à vaincre les agents. Néo est donc sur la bonne voie pour accomplir son rêve.

Wandrille d. S. 2nde 6

Poème : Personne ne m'avait dit...

utilisateur | 02 mai, 2019 10:05

 

Personne ne m'avait dit...

 

Personne ne m'avait dit

que par une douce nuit,

je ferai un rêve

 

je voulais que ce rêve dure toute la vie

mais personne ne m'avait dit,

que de rêver, c'était interdit

 

Personne ne m'avait dit

que dans mon sommeil, je t'apercevrai,

je n'en revenais pas, tu avais l'air si vrai

 

tu m'attirais, je t'ai suivi

j'en étais sûre, je t'avais trouvé

 

Personne ne m'avais dit

que, comme un conte de fée, tu serais

aucun doute, je devais me réveiller

 

J'aurai pu tout te dire

si j'avais su

comment l'écrire

mais personne ne m'avait dit

 

Personne ne m'avait dit,

que, magique tu ressortirais

même féerique tu me plaisais !

 

Personne ne m'avait dit,

que je devais prendre soin de toi

pour que tu te réalises

 

J'ai trop rêvé de toi, seulement aujourd'hui tu n'es plus là...

 

Alors oui, personne ne m'avait dit,

que, peut-être, le rêve est simplement fait pour rêver...

 

alt

Marie-Lou P. 2 nde 7

Inception

utilisateur | 02 mai, 2019 10:05

Le résumé du film:

 

Dominic «Dom» Cobb interprèté par Léonardo DiCaprio qui est un voleur expérimenté. Sa spécialité consiste à s’approprier les secrets les plus précieux d’un individu, enfouis au plus profond de son subconscient, pendant qu'il rêve et pendant lequel son esprit est particulièrement vulnérable. Dom a perdu tout ce qu'il avait de plus cher pour retrouver sa vie d'avant, Saito, lui donne une mission qui est l'Inception. Au lieu de subtiliser un rêve, Cobb et son équipe doivent faire l’inverse : implanter une idée dans l’esprit d’un individu. S’ils y parviennent, il pourrait s’agir du crime parfait.

 

La critique du film:

 

Le scénario du film est complexe, en effet le film peut paraître «imparfait» , une concentration importante est nécessaire tout au long de la découverte de l'aventure. Il fait ressentir au spectateur un suspense entier du début à la fin.

Les effets spéciaux dans ce film sont assez spectaculaires, des décors penchés, détruits puis le passage du rêve a la réalité et bien fondé. Le film est bien tourné, il nous donne des doutes sur la source de nos propres rêves, il nous fait nous poser des questions sur l'origine de nos rêves et les raisons pour lesquelles ils se produisent. (une réaction à de l'angoisse, du stress, à une nouvelle, une satisfaction personnelle irréelle)

Le rôle de Léonardo DiCaprio est complexe mais intéressant, on ne connaît pas son passé ça accentue le doute autour du personnage, il contrôle la mission donc il doit tout anticipe et tout prévoir. La fin du film est particulière car nombreuses sont les questions qui restent sans réponses.

 

Nadia.E/Marie.C  Seconde2

Le rêve de Liam Henry (ou Goubert)

utilisateur | 02 mai, 2019 10:05

Rêve de Liam Goubert :
« Un soir de mai, vers 20h mes cousins arrivèrent. Je les accueillis chaleuresement !
Mon petit cousin, Corentin, son chien et sa chatte de 8 mois s'installèrent dans la chambre d'amis tandis que ma tante et notre ami africain Booba burent un café crème avec ma mère.
Ils nous avaient ramené des spécialités africaines : du boudin noir et un délicieux couscous.
Ensuite ma mère nous prépara à manger car elle avait faim : des asperges et des tomates en entrée, des saucisses de Strasbourg aux lentilles en plat de résistance et en dessert un banana-split accompagné d'une glace au chocolat.
J'avais un petit creux !
    âƒ    « à table!» dit maman.
Nous vînmes tous.
Ma mère, au moment de me servir le plat de résistance me demanda si j'en voulais une bonne part ou une plus petite.
Etant donné que j'étais affamé j'en repris deux fois et allais voler et manger discrètement le boudin noir tout entier, pour le manger tout seul.
Mon petit cousin, maladroit, fit tomber son couteau et passa discrètement le récupérer sous la table. Sa chatte le regarda bizarement alors il alla la voir pour la carresser, couteau à la main. Cette dernière prit peur et le mordit. Voulant lui donner une tape, il l'embrocha, la tuant sur le coup. Il se mit à pleurer et toute la famille fut choquée.
Booba s'occupa de Corentin, le prit et l'enmena dans sa chambre. Le petit garçon rouspetta, alors l'ami lui donna une barre en chocolat (un Mars) et lui dit :
« tu la veux ? Si tu restes calme et sage je te la donnerai ».
Soudain une personne sonna.

ANALYSE : Liam a des problèmes psychatriques profonds, il voit la mort et est particulièrement obnubilé par les objets de tous les jours, par les barres ainsi que par la nourriture (banana-split, boudin noir… etc).

Les cauchemars

utilisateur | 02 mai, 2019 10:03

Un cauchemar est une manifestation onirique, durant le sommeil paradoxal (la 3e
phase du sommeil) qui peut causer un fort choc émotionnel négatif sur l'esprit,
en général de la peur ou de l'horreur, mais également de l'anxiété et une
profonde tristesse. Ce type de rêve peut impliquer une ou plusieurs situations
de danger, de mal-être et de terreur psychologique. Les individus se réveillent
souvent dans un état de stress et certains ont du mal à retrouver le sommeil
durant une période. Il existe 2 types de rêves :

Mauvais rêve : dans le langage populaire, le cauchemar est un mauvais rêve. Cette idée perdure en
psychanalyse. Le DSM-IV dans sa classification des troubles du sommeil oppose
le cauchemar aux terreurs nocturnes. En effet, le cauchemar est bien loin des
descriptions historiques et ne colle plus avec les descriptions initiales (suffocation,
état lourd, poids lourd, serrement, oppression, forte pression). Il y a comme
un nouveau changement de la définition du cauchemar.

Terreur nocturne et paralysie du sommeil : on distingue aussi deux autres types de cauchemar. La
première est la terreur nocturne : la terreur nocturne est particulière du fait
qu'elle est innommable. Le rêveur ne s'en souvient pas lors de son réveil. Elle
ne s'intégre pas dans un scénario et elle est plutôt faite de signes physiques
telles que la transpiration, des difficultés à respirer, une sensation de poids
sur la poitrine, agitation ou cris. Le retour à la conscience normale est plus
ou moins long, et le rêveur peut se rendormir comme si de rien n'était. La deuxième,
celle de la paralysie du sommeil, est définie comme étant un éveil pendant la
période du sommeil. Elle provoque des symptômes d'angoisse, de peurs, les mêmes
que ceux des terreurs nocturnes (sauf le fait que l’on ne se souvienne pas de
ces dernières). Ces deux sortes de rêves ont un rapport certain avec le
cauchemar. Mais  elles ne peuvent, chacune séparément, définir le cauchemar dans
son intégralité.

The Island: l'illusion de la réalité

utilisateur | 02 mai, 2019 10:02

Island est un film de Michael Bay réalisé en 2005. La particularité de ce film est de créer une parfaite illusion d'un cadre de vie futuriste puis d'arriver à faire éclater cette image pour la remplacer par celle de la réalité.

Cette illusion est créee par un « bourrage de crâne » et une propagande exercée dès la naissance des individus dans cette base aseptisée , seul endroit terrestre où la vie est possible. On répète sans cesse aux habitants qu'ils sont les seuls survivants d'une contamination qui a anéanti toute vie à la surface de la Terre. En réalité, toute leur vie est minutée et programmée en fonction des besoins de riches investisseurs dont ils sont la création. On voit ici la facilité avec laquelle on peut manipuler toute une population pour la faire suivre ses désir selon ses intérêts mais également la difficulté pour les victimes d'une telle manipulation d'accepter une nouvelle réalité et de vivre avec.

On peut donc se demander quelles sont les raisons pour lesquelles le cinéma produit-il tant de films traitants de l'illusion de la réalité ? Peut-être ces films nous mènent à nous questionner sur notre vie et les supercheries que l'on peut subir...

 

Camille L. 2nd 11

L'interprétation des rêves par Artémidore de Daldis

utilisateur | 02 mai, 2019 10:02

Introduction :Les hommes de l'Antiquité se sont toujours intéressés aux rêves : Ils l'interprétaient comme un lien entre l'homme et toutes les choses qu'ils ne comprennent pas et également comme une information des forces supérieures.

A partir du Vème siècle, plusieurs personnes interprètent les rêves des personnes qu'ils rencontrent sur l'Agora lors de rassemblement.

Artémidore de Daldis est, en fait, un auteur grec du II siècle spécialisé dans l'interprétation du rêve.

Il a élaboré un système de classification des rêves. Il divise les rêves en deux classes :

1)Le rêve non divinatoire

Ces rêves ne prédisent pas l'avenir. On en distingue 3 catégories :

  • les rêves somatiques qui concernent le corps.

  • Les rêves psychiques qui concernent l 'âme

  • Les rêves mixtes qui concernent le corps et l'âme

2)Le songe divinatoire

On en distingue 2 catégories :

  • les songes théorématiques qui ne sont pas difficiles à interpréter. En effet la vision coïncide avec son accomplissement.

  • les songes allégoriques qui indiquent la venue d'un événement à l'aide de symboles énigmatiques.

Ces songes allégoriques sont divisés en 5 espèces selon la ou les personnes concernées par le songe. Cela peut donc être :

  • le rêveur seul

  • Une autre personne

  • le rêveur et une autre personne

  • les gens en général

  • l'univers

Ces espèces sont ensuite subdivisées en sous espèces selon le rapport entre le songe et la réalité. En d'autres termes, on parle de la relation entre ce qu'on a rêvé et ce qui s'est passé.

Un rêve pouvait, selon Artémidore de Daldis, prédire beaucoup de choses à l'aide de beaucoup ou même de peu de choses.

Enfin ces sous espèces sont encore divisées en 4 types :

  • Bons au-dedans et au-dehors,(c'est à dire que ce qui se passe dans le rêve et dans la réalité est une bonne chose) par exemple : voir les dieux joyeux dans son rêve et en retirer un accomplissement heureux

  • mauvais au-dedans et au-dehors, par exemple :rêver qu’on tombe dans un précipice

  • bons au-dedans mais mauvais au-dehors, par exemple : rêver qu’on reçoit d’un mort un parfum ou une rose

  • mauvais au-dedans mais bons au-dehors,par exemple : voir dans son rêve un esclave, qui sert dans l’armée. (En Grèce antique, seul un homme libre peut servir dans l’armée.)

 

Le domaine auquel appartient le symbole est une notion importante pour l'interprétation. Artémidore distingue six données fondamentales pouvant apparaître dans un rêve

  • la nature

  • la loi

  • la coutume

  • le métier

  • les noms

  • le temps

Chacune de ces données peut être positive ou négative. Ajoutons qu'Artémidore de Daldis ne fait pas entrer dans les données fondamentales des caractéristiques telles que la joie ou la tristesse. Il les inclut dans « la nature »

Conclusion : On peut conclure que les rêves ont toujours fasciné les hommes qui ont toujours été persuadé que l'on pouvait trouver à certains une interprétation.

Pauline M. Seconde 11

 
Accessible and Valid XHTML 1.0 Strict and CSS
Powered by LifeType - Design by BalearWeb