L'ange et le monstre

La dualité intérieure, la folie meurtrière

monstre | 02 mai, 2019 10:09

Toutes les personnes ont des pulsions meurtrières au cours de leur vie. Une pulsion ou un instinct est une action influencée par l’inconscient. Même les jeunes sont touchés par la folie meurtrière. Par exemple en 1999, deux lycéens américains ont tué 12 élèves et un professeur. Ils ont soi-disant été influencés par les jeux vidéo notamment Counter Strike. Nous allons nous demander si la dépendance aux jeux vidéo peut inciter le meurtre ? Et aussi que se passe-t-il quand le joueur reste dans la peau de son héros, ou quand il ne prend pas assez de recul pour distinguer  la réalité et  le virtuel ?

 

     Le jeu vidéo permet aux personnes d’intégrer un personnage imaginaire. Mais une grande évolution s’est produite depuis les années 80, fini les personnages gentils et naïfs désormais place aux soldats, aux criminels, aux mafieux. De plus, l’évolution graphique a atteint un tel niveau que le monde virtuel est devenu réaliste. Certains joueurs sont plongés dans une quasi schizophrénie : ils deviennent le personnage virtuel et certains l’interprètent dans la vie réelle, en reproduisant les mêmes faits et gestes ou encore dans le mode vestimentaire. Une autre évolution est aussi à constater : l’évolution scénaristique. De nos jours on est loin du plombier tueur de champignons qui court après sa princesse. Dorénavant on incarne le plus souvent des héros sanguinaires sans pitié. Bref, le joueur est replacé dans une pseudo réalité avec, en apparence, les mêmes critères de normalité mais où la notion de punition et de conséquence est largement contrastée. De ce fait, le jeu vidéo apparait de plus en plus comme étant une espèce de défouloir direct et interactif des tensions au quotidien.

 

  Plusieurs affaires dramatiques sont nées de ces rapports malsains de personnes aux jeux comme l'exemple énoncé dans l'introduction. Dans ce jeu le but unique est de tuer toutes les personnes, que ce soit des terroristes, des civils. Les « gameurs » ont à leur disposition des armes de destruction massive. 

Dans un autre registre, GTA (Grand Theft Auto) est un jeu où le joueur dirige un truand qui vend de la drogue, qui est un proxénète. Chacun des opus du jeu se déroule dans une grande ville américaine où les forces de police n'interviennent seulement qu'après 5 ou 6 meurtres. Le joueur s'amuse alors à dévaster la ville, à tuer des personnes. Jusque-là, rien de grave mais quand les personnes s'inspirent de ce jeu dans la réalité, le constat est dramatique. Par exemple un jeune thaïlandais de 19 ans, qui était « accro » ou « geek » à GTA. Ce jeune homme a braqué un taxi, égorgé le conducteur, et a écrasé des passants. Le coupable est menacé de peine de mort et le jeu a été définitivement interdit en Thaïlande.

Néanmoins cela dépend des jeux et de leur concept. Les jeux sportifs comme FIFA 14 ne peuvent pas entraîner pas des pulsions meurtrières. Les jeux vidéo peuvent donc parfois se révéler dangereux surtout au sein d’une population fragile. D’après certains, ils sont responsables d’une augmentation de la violence, notamment chez les jeunes. Cependant ce n’est pas justifié, des études scientifiques ont été faites et ont prouvé qu’il n’y a aucune relation entre les pulsions meurtrières et le jeu vidéo. La démence ne peut pas naître d’un jeu vidéo mais il est plus évident de déléguer sa responsabilité sur une nouvelle technologie qui effraie que de l’assumer.

Mathieu et Lucas

La métamorphose

monstre | 02 mai, 2019 10:07

LA METHAMORPHOSE

 

Définition : Au sens métaphorique, "métamorphose" s'emploie pour exprimer le changement d'une personne ou dans sa forme extérieure (par son habillement, son changement de silhouette...) ou du point de vue moral (changement de ses habitudes, de ses comportements, de son caractère).

 

L’histoire du ballet le Lac des Cygnes :

Cette jeune fille s'est retrouvée changée en cygne par un puissant sorcier et seul le clair de lune peut lui rendre sa forme humaine. Ensuite nous avons sa rencontre avec le prince Siegfried et la promesse qu'il lui fait pour rompre le sort et qu'il doit réaliser lors d'un bal. Mais c'est sans compter sur le sorcier Rothbart qui s'y rend avec sa fille Odile grimée en Odette. Le sort n'est pas brisé, Odette est trahie et elle préfère se tuer pour ne plus souffrir. Une des plus célèbres histoires d'amour quoi !

 

Analyse de la métamorphose :

La métamorphose ici représente le changement qui s’opère dans le corps d’un homme ou d’une femme. Mais il n’y a pas seulement le changement physique que nous pouvons observer, l’état d’esprit du personnage change aussi, d’une certaine façon. Tout autour ce qui se trouve autour de lui se métamorphose en quelque chose de neuf, de beau, ou bien en quelque chose de laid et de répugnant. Nous allons voir la métamorphose par rapport au film Balck Swan.

 

 

La métamorphose du point de vue du film Black Swan : 

Black Swan est un film tourmenté au décryptage pas forcément évident.

La frêle et timide héroïne, Nina Sayers, ne vit que pour la danse, sa seule passion. Travailleuse et volontaire, son existence est sous l’emprise totale de sa mère qui l’instrumentalise en objet pour réaliser à travers sa fille chérie ses rêves de danseuse ratée. Sa vie n’est rythmée que par les cours de danse et les moments passés en huis-clos en compagnie de cette mère tyrannique et coach à ses heures. Nina ne connaît pas le monde ni les plaisirs auxquels s’adonnent la plupart des filles de son âge. Elle vit dans un univers hermétique, un cocon d’apparence confortable que lui a fabriqué sa mère et qui l’entretien dans une jouissance narcissique.

 

Le cygne noir, lâcher prise pour devenir la femme séductrice et sexuelle :

Lorsque Nina est nommée par le chorégraphe du Lac des Cygnes pour incarner le cygne blanc et le cygne noir, sa vie va prendre une tournure sombre. Ses démons vont remonter à la surface de son être pour faire éclore la créativité enfouie au plus profond d’elle-même, non sans souffrance. Le directeur de ballet, mégalomane et pervers la dit vierge et frigide. Pour incarner le cygne noir, il va la pousser à la débauche, aidé d’une ballerine concurrente. Nina va alors devoir puiser au fond d’elle-même la partie sombre qui sommeille en elle et qui fera d’elle non seulement une artiste accomplie mais aussi une femme.

 

 

Le passage du cygne blanc au cygne noir, la métamorphose psychologique :

Les provocations que lui inflige le chorégraphe vont mener Nina à découvrir de façon violente des faces cachées de sa personnalité. Emergent alors, à sa surprise, des troubles enfouis resurgissent. Mal à l’aise parmi les autres, étouffée par sa mère, la danseuse perfectionniste et académique, se voit souffrir de symptômes de paranoïa. A la moindre occasion elle imagine l’autre comploté contre elle et interprète chaque réaction de l’autre pour la retourner contre elle-même. A cela s’accompagne de crises de schizophrénie aigues et répétées où elle vit dans sa tête seulement, des scènes trash, violentes, sexuelles et sanguinaires qui lui paraissent réelles.

La scène finale voit mourir Nina incarnée en cygne blanc. Rêve ou réalité, tout le film repose sur cette dualité psychologique. La mort du cygne blanc est une mort symbolique. C’est avant tout la mort de la pureté, l’émergence du plaisir, la créativité au service de l’art. C’est la mort de la petite fille et la naissance de la femme vivante, assumant la part de désir et de fantasmes qui sont en elle.

 

Laurianne et Enola, 2nd 6/7

Jusqu'où Thomas va pousser Nina pour se dépasser ?

monstre | 02 mai, 2019 10:06

Jusqu'où Thomas va pousser Nina pour se dépasser ?

Dans le film Black Swan de Darren Aronofsky, Natalie Portman incarne Nina, une femme très réservée, travaillant sans relâche, appliquée. Trop fragile, trop gentille, la petite fille modèle qui ne pense qu'à une chose : atteindre le sommet de son art et briller sur scène.

Mais son chorégraphe, Thomas, lui apprend qu'elle va devoir se lâcher, car le fait de vouloir être trop parfaite l'empêche justement d'interpréter la subtilité du double rôle. Elle va devoir apprendre à dominer les autres, à contrôler sa vie plutôt que de la subir et de se soumettre à l'autorité.

La relation entre Nina et Thomas est assez ambiguë. Thomas ne cesse de faire allusion au sexe : par ce comportement, il va réussir à lui faire comprendre qu'elle doit réagir, afin d'épanouir totalement la danseuse et la mener à l'apogée de son art. Faire descendre toute la tension qui l'accable constamment. On pourrait considérer Thomas comme un démon et Nina comme un ange. Mais en réalité, leurs personnalités sont plus complexes. Nous verrons jusqu’où Thomas va pousser Nina pour se dépasser.

Vers la fin du film, on assiste à une scène de lutte entre Nina et Lily. Du moins Nina croit se battre avec Lily (qu'elle considère comme son ennemie), mais c'est contre elle qu'elle s'est battue, comme le dit Thomas : "Ta seule ennemie c'est toi-même." Si on se penche un peu plus sur l'histoire de lac des cygnes, voilà ce que l'on a : une jeune fille se transforme en cygne blanc et tombe amoureuse du prince. Mais le prince tombe amoureux du cygne noir. La jeune fille transformée en cygne blanc se tue de chagrin.

C'est l'histoire qu'on observe sur scène pendant le film et dans les coulisses. En effet, Nina, en cygne noir, remporte les applaudissements du public et du chorégraphe Thomas. Elle se rue d'ailleurs vers lui pour l'embrasser. Pour le dernier acte, Nina redevient le cygne blanc et, blessée au ventre, meurt. Le rôle double a été plus fort que Nina, les provocations que lui inflige le chorégraphe vont mener Nina à découvrir de façon violente des faces cachées de sa personnalité. Emergent alors, à sa surprise, des troubles enfouis.

Mal à l’aise parmi les autres, étouffée par sa mère, la danseuse perfectionniste, souffre de symptômes de paranoïa. A la moindre occasion elle imagine l’autre comploter contre elle et interprète chaque réaction de l’autre pour la retourner contre elle-même. A cela s’accompagne de crises de schizophrénie répétées où elle vit dans sa tête seulement, des scènes violentes, sexuelles et sanguinaires qui lui paraissent réelles.

Il existe un concept de perfection dès lors que l’on parle de beauté. Black Swan explique l’ambivalence de la reine des cygnes dans le film Black Swan. Nina s’efforce d’être parfaite, et donc de se rapprocher de cette beauté adhérente.

Or, il est question d’une beauté toute autre pour le maitre, la beauté libre du cygne noir. Une beauté qui ne s’enracine pas dans une perfection et une maîtrise technique mais dans une satisfaction esthétique. Elle s’efforce depuis toutes ces années de rechercher une perfection technique, mais la reine des cygnes est un rôle ambivalent, bipolaire. D’un côté, la face claire, le cygne blanc, gracieux, léger, obéissant, doux et élégant. De l’autre, le cygne noir, la face sombre, fougueuse, agressive et rebelle. Thomas n’a aucun doute quant à la capacité de Nina à incarner le cygne blanc. Mais le cygne noir, lui, semble hors de ses possibilités. Alors qu’a la fin, elle l’incarne enfin, cela va lui coûter la vie.

écrit par Mathilde

BIBLIOGRAPHIE

 

  • http://obscuracinema.wordpress.com/2011/09/13/black-swan-de-darren-aronofsky/

 

  • http://www.lepetitnicois.fr/node/46638

 

  • http://suite101.fr/article/black-swan-une-analyse-axee-sur-la-dualite-psychologique-a25203

 

  • http://unesemaine-unchapitre.com/index.php?post/Explication-Black-Swan-la-danseuse-dans-la-tourmente

 

La dualité intérieure : faits divers

monstre | 02 mai, 2019 10:06

 

 

 

La dualité intérieure : faits divers

Le dédoublement de personnalité et la schizophrénie

Définition N°1 :

Le dédoublement de personnalité est une maladie psychologique assez rare, il est très difficile à expliquer, c'est une maladie psychologique touchant peu de personnes dans le monde, mais qui existe réellement et souvent cultivée depuis l’enfance.
Les sérial-killers en sont souvent diagnostiquée, lors d’une enquête criminelle.
Contrairement à ce que l'on pense parfois, le dédoublement de personnalité n’est pas la même chose que la schizophrénie, qui est une maladie au cours de laquelle le sujet présente une séparation de sa personnalité et non pas aux troubles de personnalité multiple. Deux entités coexistent chez les personnes atteintes dont, le moi conscient, et l’autre moi, né de l’inconscient.
En plus du "moi réel", la personne crée progressivement une autre identité dans son subconscient à savoir "un autre que moi", par exemple. Dans les moments de faible résistance face à certains évènements marquants, le moi inconscient se manifeste et se remplace, en quelque sorte, au moi réel. La personne développe alors une autre identité, et devient plus extravertie, plus audacieuse et souvent surtout plus imprévisible.

 

Définition N°2 :

La schizophrénie est un trouble appartenant à la catégorie diagnostique des psychoses délirantes chroniques ; elle est principalement marquée par des idées délirantes, reflet d’une perte du contact vital avec la réalité, et une dissociation, véritable dislocation de la vie psychique (cognitive et affective).

 

 

 

 

Cette image montre que cette fille rigole mais d’un autre côté, elle a ce côté sombre à dédoublement de personnalité.

Le dédoublement de personnalité peu pousser à des actes plus ou moins gave. Dans les cas extrême au suicide ou au meurtre. Comme dans black Swan ou le personnage de Nina souffre de schizophrénie et met fin à ces jours.

 

Fait divers :

Vince Weiguang Li, chrétien pratiquant et ingénieur informaticien, était allé au Canada avec sa femme en 2001, venant de la province de Liaoning, dans le nord-est de la Chine. Il était pendant deux ans dans un centre pour malades mentaux à Winnipeg pour y être soigné et pour obtenir le droit d'en sortir sous surveillance dans la journée, reprenant le contact avec la société.

 

Le meurtre avait traumatisé le Canada il y a six ans, le motif du meurtre n’a été révélé qu’après. Li, âgé aujourd'hui de 45 ans, avait brutalement attaqué en juillet 2008, dans un bus, un jeune homme de 22 ans qui s’endormait sur le siège d’à côté, le plantant de coups de couteau avant de dépecer sa dépouille et d'en manger des morceaux. Déclaré pénalement irresponsable en mars 2009 par un juge de Winnipeg (ouest) pour cause de schizophrénie, l'immigrant chinois dit, dans une interview, qu'il pensait avoir affaire à un alien.


Li déclare avoir commencé en 2004 d'entendre dans sa tête ce qu'il croyait être «la voix de Dieu». «La voix m'a dit que j'étais la troisième partie de la Bible, la deuxième venue de Jésus et que je devais sauver les gens de l'attaque d'un extraterrestre», a-t-il affirmé selon la transcription publiée dans les médias canadiens.

Il a acheté un couteau pour se défendre «contre les extraterrestres», alors qu'il ne se rendait pas compte qu'il souffrait de schizophrénie. «J'étais vraiment effrayé. Je me rappelle lui avoir coupé la tête. Je croyais que c'était un extraterrestre. Les voix m'ont dit de le tuer, sinon il me tuerait moi ou il tuerait d'autres gens», a dit Li.

 

Carla et Maud

 

L'animalité chez les homme

monstre | 02 mai, 2019 10:05

 

L’animalité chez les hommes

Définition :

 Caractère de ce qui est double en soi ou composé de deux éléments de nature différente.

 

 

Entre l'Homme et l'animal: quelle frontière?

 

                                                                                                                                                                                                                                                      Cette image représente la dualité intérieur de chacun, le monstre d’un côté et l’homme de l’autre



 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR7VxK5WGlkFp5XcMBsxYPaFrdWup8XgoBoMCLa5Nsq0KBw_nIHIqJWXyoK

 

En fait, la vie humaine véritable commence avec la religion. Manger, dormir, se reproduire, avoir peur et se défendre, ce sont les quatre activités propres à la vie animale, que partage également l'homme. Ce qui distingue l'homme de l'animal est donc cette fonction complémentaire que représente la religion. Sans religion, la vie humaine ne vaut pas mieux que la vie animale. C'est pourquoi on retrouve, dans toute société civilisée, une forme ou une autre de religion. L’homme peut passer d’un état ordinaire à un état  monstrueux à cause d’un ou plusieurs éléments déclencheurs comme par exemple un deuil, de la haine envers quelqu’un ou un peuple, une envie de vengeance envers quelqu’un etc…

Au fond de nous, nous possédons tous encore notre côté animal puisque notre plus vieille ancêtre est le singe. Nous avons donc de ce fait plusieurs instincts animaux comme la survie, l’agressivité, la sexualité etc…

Mais il existe d’autres exemples de cette domination qui renvoient parfois tragiquement l’homme à ses responsabilités, comme l’extermination, volontaire ou non, d’un nombre croissant d’espèces par la chasse, la pêche ou la pollution. L’empathie qui nous fait nous représenter les souffrances que les hommes infligent aux autres, empathie précisément rendue possible par le fait que l’homme est un animal. Ce rappel de notre animalité commune avec les bêtes peut, selon les cas, nous faire voir les hommes comme des bêtes.              

 

Thomas

Alexy 

La duallité entre l'ange et le démon

monstre | 02 mai, 2019 10:01

Black Swann, comment la rivalité devient monstrueuse?

Black Swann est un film réalisé par Darren Aronofski. C'est une histoire qui parle d'une jeune femme qui se nomme Nina qui rêve de devenir danseuse étoile dans le balet de danse "Le Lac des Cygnes". Elle réussi à être selectionnée pour le devenir, mais ce rôle était dur pour elle. Avec la pression de ce rôle et la difficulté d'incarner les deux cygnes elle est devenue folle. Elle se sentait menacée par Lily qui aurait pu la remplacer, car elle réussissait à incarner le cygne noir à merveille et sans difficulté. Lily représente toutes les qualités que Nina ne possèdent pas c'est-à-dire le fait d'être détendue en dansant, d'être plus à l'aise, d'avoir une expérience sociable, une expérience de la vie, de ne pas penser qu'à la danse et d'avoir une vraie vie.

Sa folie lui a provoqué des hallucinations auditives et visuelles et à la fin du spectacle elle finit par se "suicider" sans le vouloir, car elle pensait tuer Lily, sa rivale, à sa place.

Nina ne peut pas invoquer le cygne noir au début du film, car elle est beaucoup trop fragile mentalement et sous la pression de sa mère, qui ne la libère pas de son enfance qui la garde "emprisonnée" dans un monde enfantin. Au cours de l'histoire elle décide de se confronter à sa mère, elle finit par se libérer et savoir qui elle est, ce qui lui permet de danser le cygne noir.

 Il y a dualité entre Nina et Lily car Nina est faite pour danser le cygne blanc par sa personnalité fragile, tandis que Lily a toutes les capacités pour invoquer le cygne noir par sa forte personnalité et le fait qu'elle prenne moins la danse au sérieux car pour elle il n'y a pas que la danse, alors que pour Nina seule la danse compte dans la vie.

En dehors du film, la dualité de Nina et Lily ressemble à de la jalousie. Nina désire les qualités de Lily, y compris son pouvoir de séduction auprès des hommes(qu'elle envie en pensant en être totalement dénuée; alors qu'en fait c'est qu'elle est hermétique à toute autre séduction que celle de la danse).

La dualité entre le cygne blanc et le cygne noir : Nina est faite pour jouer le cygne blanc car c'est une personne timide, fragile, tel que le cygne blanc alors que le cygne noir est maléfique et fort c'est à dire tout le contraire de Nina.

Ce film exploite la rivalité et jalousie entre Nina et Lily. La rivalité peut devenir monstrueuse car elle peut arriver à un stade où elle rend les personnes folles, la jalousie peut devenir dangereuse car elle peut amener à l'envie de meurtre.     

Mathilde.P 2nd12, Eva.G 2nd11

Nina est elle un monstre?

monstre | 02 mai, 2019 10:00

 

Black swann est un thriller psychologique.

L'actrice principale, Nina, est une jeune danseuse de 25 ans, elle vit encore chez sa mère ;  celle- ci lui impose un contrôle de soi total. En effet,  sa mère, qui a abandonné sa carrière de danseuse pour sa fille, cherche par tous les moyens à ce que Nina soit un jour la meilleure des ballerines qui soit.

La jeune fille est dans une grande école de ballet, et a le rôle principal dans « le lac des cygnes ».

La difficulté pour elle est d’interpréter le cygne noir, que Lili une autre danseuse incarne parfaitement ; il y a donc une rivalité tout au long du film entre ces deux danseuses.

Pour Nina la danse n'est que technique et n'est pas un moyen d'expression, en dansant aucune émotion ne se dégage.

L'actrice principale est atteinte de troubles psychologiques et possède une double personnalité, le mal et le bien ( le cygne blanc et le cygne noir) ainsi que des hallucinations névrotiques, dues à la pression du rôle et de sa mère. Nina est schizophrène. La femme qu'elle voit parfois apparaître symbolise la facette de son âme, celle qui détient la perfection du cygne noir.

Le réalisateur Darren Aronofski construit alors un esthétique baroque et joue sur le mélange du laid et du beau, de la perversion et de la perfection.

Lors de la représentation du ballet « le lac des cygnes ». elle va dans la loge et y trouve Lily qui lui dit qu'elle va interpréter le cygne noir à sa place . Les deux femmes se battent et Nina poignarde Lily avec un éclat de verre. Affolée elle cache le corps : cela n'est qu'une hallucination de la jeune fille. Elle joue ensuite le cygne noir. Durant sa performance qui est éblouissante, elle s'imagine qu'il lui pousse un plumage noir,qu'elle devient le cygne noir.

Alors qu'elle va récupérer le corps de Lily, contre toute attente, cette dernière apparaît pour la complimenter pour son interprétation. Nina va dans la loge mais le corps de Lily n'y est plus. Elle comprend alors qu'elle s'est poignardée elle-même, que ce n'etait que des hallucinations, elle prend la décision, après avoir retiré l'éclat de verre de son ventre, de jouer sur scène jusqu'au bout. Nina monte sur la structure représentant la falaise, saute et atterrit sur un matelas. Les membres du ballet viennent la féliciter pendant que les spectateurs applaudissent. C'est alors que Lily remarque la tache de sang sur le costume de Nina. l'incarnation du cygne noir, a donc tué Nina; pour pouvoir faire ressortir son côté obscur( le lacher prise et les émotions violentes), Nina a du aller jusqu'a la mort, en se poignardant.

Tout au long du film, il y a la rivalité entre l'ange et le monstre, le cygne blanc et le cygne noir.Cette rivalité pousse Nina dans la folie, et fait ressortir son coté monstrueux.

 Agathe

 Laurène

A chacun sa part d'ombre...

administrateur | 02 mai, 2019 10:00

A chacun sa part d'ombre...

   Le film Black Swann appartenant au  genre du thriller psychologique réalisé par Darren Aronowsky,  est un conte de fée sombre qui joue sur le double et la rivalité sur un mode fantastique. Le réalisateur a utilisé la technique de la caméra portée pour être au plus près des danseurs, partager leurs émotions mais aussi pour partager davantage les hallucinations de Nina. Darren Aronowsky joue sur des désirs mimétiques entre horreur et magie, vraie et fausse relation, il met aussi en place une esthétique baroque qui unit le cygne blanc avec le cygne noir, le beau et le laid, la pureté de la danse avec la perversion, mais aussi l'ange et le monstre.
Dans le film, Nina est piégée par sa mère qui lui impose une maîtrise de soit totale et ne la laisse rien faire.

La personnalité de Nina est dissociée, elle part dans tout les sens à cause de ses crises d'angoisses, de ses hallucinations et de ses délires fous. Elle souffre de schizophrénie, Nina est hystérique et dangereuse avec elle même.

Au début du film, c'est une fille calme, sage, enfantine, coincée. Son plus grand rêve est de devenir danseuse étoile, elle cherche toujours à etre parfaite dans ses moindres gestes. Mais Thomas, le chorégraphe, trouve qu'elle ne dégage aucune émotion quand elle danse et qu'elle est trop rigide pour devenir le cygne noir.
Lily elle, incarne parfaitement le cygne noir, de nature provocatrice, elle n'a aucune limite. Elle est meme tatouée d'ailes du cygne noir dans le dos. Lily est donc la principale rivale de Nina.
Nina tombe sous l'emprise de Lily qui l'influence sur son orientation sexuelle, sur ses choix dans la vie et lui fait vivre des expériences hors normes.
Après sa rencontre avec Lily, Nina apprend à se lâcher, à lâcher prise, elle incarne maintenant à merveille le cygne noir, mais pour y arriver, elle se fait du mal et meurt à la fin de son passage sur scène sous les applaudissements du public et sous les yeux de sa mère. Nina meurt de sa passion.
Ce film nous montre l'influence que peut avoir notre passion sur nous et qu'il faut accepter notre part d'ombre en soi pour devenir soi-même, et accepter la rivalité avec son double pour grandir et devenir adulte.

Mélanie.D, 2nd12.

Black Swan - Lily et Nina

monstre | 02 mai, 2019 10:00

Dans Black Swan, Lily est la première personne que Nina va rencontrer à l’audition.  C’est également la première personne à se mettre en travers de son chemin, elle est sa plus grande rivale pour le rôle principal.

Dès le début, Nina est persuadée que Lily veut voler son rôle est qu’elle est prête à tout pour cela.

Mais très vite, Nina va se rendre compte que pour jouer le cygne noir, elle a besoin de détruire cette image de la petite fille trop sage. 

Lily sera là pour l’aider à accomplir cette transformation en l’emmenant dans une boite de nuit et en glissant de la drogue dans son verre pour lui montrer la personne qu’elle pourrait devenir. Les effets de la drogue sont tels qu’elle s’imagine avoir une relation avec Lily durant la nuit. C’est l’élément déclencheur du dédoublement de personnalité de Nina qui la conduit peu à peu à la folie.

Par la suite, Nina ira jusqu’à imaginer que Lily a une liaison avec son chorégraphe, tout ça pour qu’il décide de lui donner le rôle. Et à la fin du film, sa paranoïa devient telle qu’en regardant son propre reflet dans le miroir, Nina croît y voir Lily est dans un élan de colère, la poignarde. Elle découvrira plus tard que c’est en réalité elle-même qu’elle a poignardée et elle s’effondrera lors de la dernière scène du spectacle en déclarant : «Je l'ai senti… parfait… c'était parfait ! »

 

L’ange et le monstre :

Lily est l’opposé de Nina dans le film, mais c’est également la personne qui complète le plus Nina. Nina est le côté « ange » et Lily est le côté « monstre ».

 -          Elles sont opposées par leur mode de vie :

 Nina est une femme-enfant surprotégée par sa mère, elle reste une enfant malgré son âge en vivant dans un monde coupé de la réalité où sa mère est l’unique personne qu’elle côtoie au quotidien : C’est à cause  ou  bien grâce  à elle que Nina a commencé la danse, car elle-même était danseuse. A cause de cette relation étouffante,  Nina ne voit pas le monde qui l’entoure et vit dans une illusion.

Lily quant à elle est une femme libérée. Elle n’a personne sur le dos et a perdu ce côté « innocent » que possède Nina.  C’est une femme forte et qui ne se laisse pas faire par les autres, c’est aussi ça qui fait sa monstruosité.

-          Elles sont opposées dans leur apparence physique

 Nina a un physique de poupée. Blonde, peau pâle, peu de maquillage, toujours coiffée avec un chignon… Elle est une petite fille parfaite. Son physique est immature et enfantin.

 Au contraire, Lily est une vraie femme. Elle est brune,  la peau mate, les yeux cernés de noirs et en dehors de l’entrainement, elle a toujours les cheveux détachés, cela lui donne un côté « sauvage ». 

-         Elles sont opposées dans leur caractère

Nina est une personne calme, plutôt réservée et qui cherche à atteindre la perfection. Elle n’est pas forcément consciente de son potentiel puisque personne ne la félicite jamais (elle n’a pas d’amis)

Contrairement à Lily qui s’entend bien avec tout le monde et qui possède déjà un grand talent. Elle en est consciente et en joue pour garder confiance en elle et intimider les autres. C’est une personne dynamique et extravertie.

-         Elles sont opposées dans leur personnalité.

Lily accepte pleinement sa personnalité électrique et arrive à canaliser toute cette énergie. Le côté qui ressort le plus en elle est son côté animal et sombre et pleine de vie.

Nina n’est pas capable de faire la même chose. Les différentes facettes d’elle-même ne peuvent pas coexister ensemble : Nina doit donc détruire une partie d’elle-même pour se libérer. Ce qui conclut le film avec la scène de la « délivrance » de Nina,  où celle-ci se suicide

alt   alt

 

Lisa C et Lola B

 

La dualité interieure

monstre | 02 mai, 2019 09:59


La dualité intérieure


La dualité caractérise ce qui est double en soi.

Notre existence quotidienne est une série de contradictions. Nous parlons de paix, nous essayons de vivre en paix, mais nous préparons la guerre; nous parlons de liberté mais on nous enrégimente tout le temps. Il y a la pauvreté et des richesses ,du mal ou du bien, de la violence et de la non-violence . Nous voulons êtres heureux nous faisons tout pour engendrer le malheur, il suffit d'ouvrir les yeux.


alt

Dans chaque être cohabitent l'ombre et la lumière. Cette partie négative de soi, que l'on refuse généralement d'accepter, il faut apprendre à la connaître, s'en approcher et s'unir à elle. En l'intégrant dans notre personnalité , cette force négative peut être corrigée. Il est nécessaire de reconnaître sa propre ombre, non pas pour s'en débarrasser, mais pour l'accepter et la transformer.

L'être humain est constamment en opposition avec lui- même mais chacun peut décider d'accepter ou non son ombre négative.

La vie est remplie de situations où nous expérimentons: les sentiments que nous pouvons éprouver opposés mais si proche comme la haine ou l'amour, comme nous pouvons basculer en un instant dans la part sombre de nous même.

Toutes ces situations duelles qui nous sont présentées , peuvent devenir des outils de connaissance de soi ainsi que des occasions d'apprendre à mieux les percer, ces autres qui sont nos miroirs dans le jeu qu'est la vie .


"En chacun de nous sommeille un monstre ; en chacun de nous vit un ange."

monstre | 02 mai, 2019 09:59

Résumé de "Black Swan":
Nina est une danseuse qui rêve de devenir une danseuse étoile. Endoctrinée par sa mère qui l'enferme dans un conte de fée permanent, Nina pratique la dance intensivement. Pour le ballet du lac des cygnes, Nina doit interpreter le cygne blanc et le cygne noir. Elle travaille dur mais n'arrive à jouer que le cygne blanc. Elle n'arrive pas à se libérer de son environnement et de son rôle de petite princesse que lui impose sa mère. Elle va tout-de-même, sous la pression de Lily, sa concurrente, réussir à se libérer et à se lâcher. Malheureusement cette libération soudaine l'entraîne dans un abîme de folie dans lequelle elle va sombrer malgré elle. Lors de la représentation, elle pense que Lily vient l'agresser pour lui prendre sa place et la tue à l'aide d'un morceau de verre provenant d'un miroir qui s'était brisé lors de la dispute. Vers le milieu de la représentation, lors de la pause, Lily vient féliciter Nina pour sa prestation. Nina terrorisée se demande ce qu'elle a fait, si elle a vraiment poignardé Lily,  lorsqu'elle se rend compte qu'elle s'est, en fait, planté le morceau de verre dans le ventre. Elle décide malgré tout de danser jusqu'au bout et meurt à la toute fin du ballet.

 

L'Ange et le Monstre :
L'Ange et le Monstre est un thème très présent dans tous les milieux artistiques. L'oeuvre la plus évidente et la plus connu traitant directement de ce sujet est "Mr Jekill et Mr Hyde", oeuvre dans laquelle un savant boit une potion qui la nuit le transforme en un horrible monstre sanguinaire. Cet exemple nous montre qu'un horrible monstre sommeille en chacun de nous et que dans la vraie vie, il peut parfaitement surgir sans potion.
L'autre exemple est dans les comics (et dans les oeuvres littéraires en général, BD, mangas, romans) où il y a un héros (l'ange) et un méchant (le monstre). Le rapprochement entre les deux est comparable à la lumière et l'obscurité. Aucun n'existerait sans l'autre. De plus, les nombreux points communs qu'il présentent chacun dans leur domaines respectifs les lient d'une certaine manière.

En bref, l'ange et le monstre est un thème omniprésent que ce soit dans les domaines culturels et artistiques (romans, comics, manga, BD, sculpture, peinture,...) ; et dans la réalité aussi, un monstre sommeille en chacun de nous. "En chacun de nous sommeille un monstre ; en chacun de nous vit un saint. La véritable question est de savoir lequel nous nourrissons le plus, lequel dominera l'autre".

Achille.T    2°11

Analyse : La Danse.

monstre | 02 mai, 2019 09:57

"Black swan" est un film de Darren Aronofski sorti en 2010. C'est un thriller psychiatrique.

Nina est danseuse dans le plus prestigieux ballet de New-York. elle consacre toute sa vie à la danse. Thomas Leroy, le directeur artistique de la troupe décide de remplacer Beth (la danseuse étoile principale, devenue trop "vieille") pour leur nouveau spectacle  -le lac des cygnes- ; son choix s'oriente alors vers Nina. Mais une nouvelle arrivée, Lily l'impressionne beaucoup aussi. Le "lac des cygnes" exige une danseuse capable de jouer le cygne blanc et le cygne noir.

Alors que la rivalité entre Nina et Lily se transforme peu à peu en une amitié perverse, Nina découvre son côté sombre.Sa mère s'inquiète de son comportement. Nina bascule dans une schizophrénie : en mettant au jour les différentes facettes de sa personnalité, elle ne parvient pas à les réunifier ; devient folle, a des hallucinations.

Le soir de la représentation finale, elle s'imagine tuer Lily alors qu'elle est sous l'emprise de sa psychose. A la fin du spectacle, elle se rend compte qu'elle s'est poignardée elle-même, et meurt.

Dans le film, la danse est le thème principal. On voit à travers la vie de Nina, les difficultés pour atteindre la perfection, par exemple lors des répétitions.

La danse est tout d'abord faite pour se dépenser, décompresser. mais souvent, elle peut devenir une addiction à la quête de perfection :  à trop vouloir bien faire, à trop vouloir recommencer, elle va provoquer une souffrance physique et psychologique, avec des entrainements souvent trop intenses, elle va mener la personne à s'auto-détruire. Cette quête de perfection crée une dépendance et pousse la personne à vouloir faire toujours plus, toujours mieux, même parfois, jusqu'à la mort.

Cette activité, qui n'est au départ qu'une passion, peut être comparée aux sports extrêmes comme la formule 1 ou le saut à l'élastique, qui demandent aussi beaucoup d'acharnement et de dépassement de soi-même.

Chaque fois que quelqu'un repousse ses limites physiques et psychologiques, il se découvre en devenant quelqu'un d'autre. Mais à trop rechercher l'absolu, à trop repousser ses limites, on risque de se perdre.

 

Nelly D. & Coline G. 2nde12.

 

Double personnalité : Dr Jekyll & Mr Hyde

monstre | 02 mai, 2019 09:55

Mi ange mi démon : Dr Jekyll and Mr Hyde

Le Docteur Jekyll est un philanthrope obsédé par sa double personnalité qui met au point une drogue pour séparer son bon côté de son mauvais. C'est ce dernier qui, nuit après nuit, prendra finalement le dessus et le transformera en monstrueux Monsieur Hyde.

alt

http://www.critikat.com/IMG/artoff2552.jpg?1386159132

Sur l'affiche du film de 1931 de Dr. JEKYLL et Mr. HYDE de Rouben Mamoulian. Sur l’affiche du film, on voit Mr Jekyll (l’ange, le bon) et Mr Hyde (le démon, le monstre). Ses deux personnalités sont représentées.

 

alt

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/57/Dr_Jekyll_and_Mr_Hyde_poster.png

 

 

On se demande alors si, comme le Dr Jekyll, chaque personne possède une double personnalité, et si chacun peut séparer son bon côté de son mauvais côté.

 

Il n'existe aucune personne parfaite : quelqu'un qui ne possèderait seulement que le ''bon'' coté serais premièrement une personne ennuyeuse, car les éléments qui forment une personnalité sont les points remarquables et qualifiables d'une personne, donc souvent ce que l'on pourrait qualifier d' ''original'' ou de ''problématique''.

Ensuite, toute personne sait qu'elle pourrait être capable, par exemple d'être gentille ou méchante dans une situation quelconque. Donc on peut en déduire que tout le monde a un ''bon'' et un ''mauvais'' côté dans sa personnalité.

Ensuite, plusieurs éléments peuvent faire ressortir un côté plus que l'autre, par exemple, un choc, comme l'annonce d'une nouvelle dramatique : par exemple en apprenant la mort d'une personne, ou en prenant le cas des crimes passionnels (lorsque une personne apprend que son conjoint l'a trompée, avec le choc, sa réaction peut être violente, par exemple, en étant désespérée, ce qui pourrait entrainer un sentiment de vengeance)... Tout cela fait que le ''mauvais'' côté prendra le dessus et s'exprimera d'une autre façon. Et cela pourrait être la cause de certains actes commis par des personnes sous état de choc, comme des crimes, mais en sachant que rien ne peut expliquer ou rien ne peut excuser un tel acte.

Nous vivons chaque jour avec cette ''double personnalité'', et nous devons nous habituer à avoir des réactions qui peuvent varier face à des situations particulières, nous habituer à dominer ou à exprimer une des deux faces de notre personnalité. L'humain a toujours possédé ces deux côtés de sa personnalité, et souvent, on arrive malgré tout à contrôler, ou à délimiter nos actes en les plaçant dans le ''bon'' ou le ''mauvais'' côté.

 

 

 

Kassidy & Paola

ENTRE OBSCURITE ET DOUCEUR

monstre | 02 mai, 2019 09:52

"Black Swan" est un film réalisé par Darren Aronovsky  que l'on peut qualifier de thriller psychologique qui retrace la vie de Nina, jeune danseuse du corps de ballet de New York qui obtient le rôle principal des deux cygnes, le noir et le blanc dans la réinterprétation du "Lac des cygnes" mise en scène par Thomas Leroy.

Nina sous l'emprise de sa mère qui refuse de la voir grandir n'arrive pas à transmettre les émotions nécessaires pour le rôle. Nina est métamorphosée par ce rôle et celui lui entraîne de graves hallucinations, des délires ainsi que des crises d'angoisses, ce qui fait ressortir sa part de schizophrénie. Une rivalité s'installe entre Nina et sa doublure et amie Lily car elles incarnent toutes les deux les deux parties du rôle le cygne noir pour Lily et le cygne blanc pour Nina.

Suita à une méthamorphose profonde d'elle même, Nina arrive à incarner les deux cygnes et à évincer Lily.

Nina mourra sur scène, à cause de sa folie et par passion pour la danse

Analyse du thème de la rivalité et du double sur un mode fantastique dans "Black Swan":

Nina a réussi à interpréter le rôle du cygne noir en dépassant son simple rôle de dansseuse. Elle a effectué un énorme travail sur elle même pour faire ressortir la part d'ombre qui sommeillait en elle. Pourquoi Nina n'arrive-t-elle pas à interpréter les deux cygnes?

Nina n'arrive pas à interpréter ces deux rôles car elle est une jeune fille renfermée sur elle même, sa nature fragile et anxieuse ne lui permet pas de se délivrer assez pour effectuer un rôle qui demande un lacher prise.

Lors  de la représentation, suite à son mal-être et à la rivalité avec l'autre danseuse (son alter ego fantasmé), Nina  pense avoir tué Lily dans sa loge en lui plantant un bout de miroir dans le ventre mais victime de ces hallucinations elle se le plante  à elle- même. 

Nina a des hallucinations; les ailes de cygnes qui poussent dans son dos à force de se gratter. En effet Nina a des démangeaisons au niveau du dos, il s'agit peut-être d'eczema. Ces démangeaisons sont dues au stress que lui cause le rôle ainsi qu'à la pression des répétitions, de la recherche de la perfection. Ces démangeaisons sont récurrentes. A force de se gratter, Nina arrive presque à sa chair et se voit pousser des ailes de cygnes, c'est comme si le cygne venait s'ancrer en elle.

Ou encore quand elle répète la variation du cygne blanc pour le spectacle, son imagination lui joue des tours et elle voit son propre reflet ainsi que celui de son double maléfique (le cygne noir) dans le miroir de la salle de danse.

Conclusion:Pour trouver qui elle est vraiment, Nina doit passer par de nombreux stades, en effet ,elle passe du bien au mal, et ses hallucinations lui seront fatales.

Cesar.E Tara.A 2°12

 

Duel entre le réel et l'imaginaire.

monstre | 02 mai, 2019 09:51

C'est l'histoire d'une jeune danseuse qui veut obtenir un rôle important dans un ballet : le lac des cygnes.Elle arrive à obtenir le rôle mais elle a du mal à interpreter le rôle du cygne noir, elle a du mal à se lacher (elle vise la perfection technique du mouvement mais pas l'émotion suscitée par sa danse), c'est une perfectionniste,  ce qui est parfait pour le cygne blanc mais pas pour le cygne noir.

Une nouvelle danseuse nommée Lily danse très bien :  elle est l'opposée de Nina car elle arrive à danser parfaitement sans être perfectionniste comme Nina ou pas dans le même sens (la danse s'avère pour elle une libération, un moyen corporel d'exprimer tous ses ressentis).Lily represente pour Nina le cygne noir. Son ennemie, l'incarnation de la beauté de la perfection. Nina ne se trouve pas attirante à côté d'elle, elle n'arriva pas à se lacher comme Lily peut le faire.

Sa mère la voit comme une enfant, on peut le voir à la façon dont elle la traite, la décoration de sa chambre.Elle voulait que sa fille ait le rôle qu'elle n'a pas eue à cause de sa grossesse. Au fond, elle en veut à Nina pour cela.

Le metteur en scène du ballet l'aide à se lâcher. L'ancienne détentrice du rôle du cygne, après  la soirée de présentation du nouveau cygne, se jette sous les roues d'une voiture  et elle finit à l'hôpital.Au début du film, Nina avait volé des accessoires à Beth, l'ancienne danseuse ou plutôt elle les avait récupérés dans sa loge et portés. Apres son accident elle lui rend visite à l'hôpital pour lui rendre ses bijoux et son maquillage.

Nina devient folle à cause du rôle mais on pense que c'est aussi un peu à cause de sa mère qu'il l'oppresse trop. Elle imagine des choses, elle a l'impression que tout le monde est son ennemi alors que sont seul enemi c'est elle-même ; elle a l'impression de se transformer en cygne.

Nina a des troubles de la personnalité.Elle peut être deux personnes à la fois.

Dans ce film, on sait jamais trop si ce qu'elle fait c'est la réalité ou non. Beaucoup d'événements troublants apparaissent comme par exemple quand elle se voit en face d'elle.Le fait de se voir elle-même la déstabilise au plus au point.Elle croit tuer sa rivale mais elle se sucide elle-même. Ce qui prouve que la seule enemie qu'elle avait c'etait elle.

Ce film, rend la personne qui le regarde mal a l'aise. Elle ne sait pas ce qui est réel ou non.On ne sait jamais si ce que l'on voit est réel. Le sport qu'elle pratique, le niveau auquel elle le pratique la détruit. Elle veut repousser ses limites elle se déruit elle-même.

 

 

Amandine et  Justine.

2nd 11

 
Accessible and Valid XHTML 1.0 Strict and CSS
Powered by LifeType - Design by BalearWeb