Lycée Jean Vilar - Villeneuve lez Avignon
Page d'accueil Le site académique
Le site du lycée Espace Numérique de Travail
Le lycée
  Le lycée Jean Vilar
  Archives
  Art et culture
  Association Sportive
  Blogs
  CDI
  Développement durable
  Enseignements
  Espace enseignants
  Espace lycéens
  Espace parents
  Grand oral
  Journal du lycée
  Marchés publics
  Orientation
  Projet d'établissement
  Spécialités
  TICE
  Un lycée européen
  Voyages
  Webradio














Nouvelle page 1
Jean Vilar
« Madame Bovary c'est moi »
Sous les ors des salons du Château d'Espeyran - Novembre 2014 - Mme Lepage  

Les deux classes de terminale littéraire et leur professeur de littérature (accompagnés par Malorie) ont eu la chance de se rendre, fin novembre, au château d'Espeyran, près de Saint-Gilles (en Camargue), magnifique domaine patrimonial qui n'est pas accessible au public. Les élèves ont été tout autant intéressés par la visite guidée du château par un guide-conférencier, découvrant ainsi une collection d'œuvres du XIXe siècle appartenant à la famille Sabatier, que par le projet d'atelier d'écriture de Clara Lepicard autour de l'œuvre au programme Madame Bovary de Flaubert.

Haut lieu des archives nationales de France, le château d'Espeyran accueille régulièrement des artistes qui proposent des projets pédagogiques pour les élèves de Languedoc-Roussillon et soutenus par le Rectorat de Montpellier. C'est dans ce cadre ,que Clara Lepicard (comédienne, metteuse en scène...), de la  compagnie marseillaise "A table", a proposé aux élèves un atelier d'écriture à partir de son spectacle "Dreaming of Madame Bovary" où les élèves ont réalisé des autoportraits en Emma Bovary. Ils ont assisté, sous les ors du Grand salon, digne de celui de la Vaubyessard dans le roman de Flaubert où Emma rêve d' une vie luxueuse, au spectacle de Clara. Les élèves ont été sensibles à l'ironie et à la drôlerie de l'interprétation du roman et du personnage d'Emma, exécutée par Clara -Emma où l'actrice a mis en avant le rapport de l'héroïne de Flaubert avec la société de consommation, révélant par là même l'action émancipatrice de la femme dans le roman de Flaubert.

La pluie et la grisaille ambiantes ont fini de plonger "la caravane Bovary" dans  des sensations de froideur, d'humidité, de vent dignes des conditions de vie dans les châteaux du XIXe siècle. Mais l'enthousiasme et la bonne tenue des élèves ont eu raison de ces petits inconvénients.

Madame Lepage.